Assemblée Nationale: «Le processus électoral est une séquence d’activités planifiées dans le temps» (Corneille Nangaa)

Initialement prévu, les députés nationaux sont en séance plénière ce vendredi 09 Avril 2021 dans la salle des congrès de la chambre basse du parlement, pour auditionner Corneille Nangaa président sortant de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) donnant le rapport général du processus électoral de 2012 à 2019 et rapport annuel de 2019 à 2021.

Bien avant cette plénière, Patrick Muyaya député national écrit sur son compte twitter : « Mieux vaut tard que jamais dit-on. Plus de deux ans après son dépôt à l’assemblée nationale, le débat du rapport général de la CENI. Dans une démarche anticipative le G13 en avait déjà tiré les conséquences et a proposé un canevas de réformes pour des meilleures élections en 2023 ».

Réagissant au twitte de Patrick Muyaya; Serge Maabe pense que « la crise la plus clivante qui nous guette, et contre laquelle il faut lutter vigoureusement est la crise liée au manque des ressources pour financer les élections. Par conséquent, la rationalisation de la gestion des finances publiques doit être érigée en une urgence absolue ».

Pour sa part, André Claudel Lubaya élu du Kasai Central note, « près de 3 ans après les scrutins de décembre 2018, l’examen ce jour du rapport CENI est inopportun et improductif. Nul n’ignore son contenu. Tirons-en les conséquences en opérant sans cachoteries des réformes saines et consensuelles, en vue des élections futures apaisées ».

Alors que pendant son allocution de la présentation de ce rapport devant les élus du peuple, Corneille Nangaa souligne que « contrairement à l’opinion largement répandue qui réduit l’organisation des élections au jour du scrutin, le processus électoral est une séquence d’activités planifiées dans le temps, plutôt qu’une série d’événements organisés de façon discontinue ».

« Je me dois de souligner ma satisfaction et celle de notre assemblée plénière du fait que ce rapport est présenté devant les dignes et légitimes représentants de notre peuple dont le mandat résulte du processus dont nous rendons compte », a-t-il renchéri.

Guy Mafuta Kabongo, élu de Tshikapa dans la province du Kasaï, lui pense que, « la présentation ce jour du rapport général du processus électoral : un bel exercice de devoir de redevabilité. Avancés et failles relevées, nous pouvons utilement procéder aux réformes appropriées du système », insiste-t-il sur son compte twitter.

Aujourd’hui, la question des réformes est sur toutes les levres des politiques et populations congolaises toute entière, certains ont proposé la suppression de la CENI ; Corneille Nangaa pense que cela aura 3 conséquences, à savoir :

  • Suppression de l’article 211 de la constitution ;
  • La création d’une technostructure de gestion des élections rattachées au gouvernement ;
  • Il faut large consensus.

Il sied de rappeler que le G13 avait déjà amorcé les démarches pour les réformes électorales avant le scrutin prévu en 2023.

Simon Mutombo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
29 − 6 =