Assemblée nationale: le VPM Boudin Mayo convainc les députés sur le projet de loi de finances rectificative de l’exercice 2020

L’Assemblée nationale a déclaré ce mercredi 28 octobre 2020 recevable, le projet de loi de finances rectificative de l’exercice 2020.

Le texte a été envoyé à la commission économico- financière. Il a été présenté par Jean-Baudouin Mayo Mambeke, Vice-premier Ministre et Ministre du Budget.

Prenant la parole, c’est le député Thomas Lokondo qui a suggéré que le texte soit directement envoyé à l’Ecofin et le débat à ce sujet soit escamoté « car ne pouvant rien apporter pour un budget en fin d’exercice ».
La Commission Ecofin a une semaine pour l’examiner.

Attendu au parlement depuis la session de mars 2020, cet instrument va revoir à la baisse le budget initial qui était chiffré à 11 milliards USD. Selon la proposition du gouvernement, il devra passer à 5,7milliards (une chute de 43,2%).

Cette chute est consécutive à la pandémie de Covid-19 laquelle a enjoint le gouvernement, à l’instar d’autres Etats de la planète terre, de prendre des mesures barrières restreignant même certaines libertés fondamentales des citoyens pour freiner l’élan de la contagion de ce fléau du siècle , a fait remarquer le VPM Mayo, déplorant, de même, ses effets pervers au fonctionnement de l’économie nationale.

Outre les stratégies salutaires de l’équipe pour le Coronavirus, l’autorité du Budget a salué également l’engagement du Parlement sous, en plus, l’impulsion du Président de la République qui s’y est impliqué.

Grâce au concours des deux chambres, aujourd’hui, le pays tient le coup face à la seconde vague, mieux, recrudescence de l’épidémie internationale dans d’autres cieux, a martelé M .Mayo avant de condamner divers incidents survenus à l’hémicycle jusqu’à désavouer tout éventuel cas de récidive.

Du projet de loi de finances

A ce point précis, de prime abord, le VPM en charge du budget a sollicité l’indulgence des députés pour la présentation tardive du projet revisité.
Cela, avant de l’articulé sur trois axes : tout d’abord, la déclinaison des motivations à la base du rectificatif du budget 2020, suivis des agrégats et des indicateurs à la base de la baisse pour déboucher sur ses grandes lignes voire des mécanismes mis en œuvre pour parvenir à le réaliser sans heurts.

S’agissant de la première partie des motivations du projet de loi de finances rectificative 2020, le VPM Baudouin Mayo Mambeke a indiqué qu’il est consécutif à la dégringolade de l’activité économique en raison de la pandémie de Covid- 19.

Celle- ci a eu, en fait, pour effet, des dépenses supérieures aux recettes de l’Etat. De toute évidence, a expliqué le patron du Budget national, M. Baudouin Mayo, ces recettes ont été, au premier semestre de l’an en cours dans l’ordre de 4.804 ,5 milliards FC contre 4.88,4 milliards FC soit un solde négatif de 216 milliards FC.

En clair , à propos des fondements de l’exécution au rabais du budget par rapport à ses prévisions, il sied de comprendre qu’il ya eu accroissement des dépenses imprévues dans le cadre de la lutte contre la pandémie pendant les recettes étaient atténuées en raison, encore une fois de ce fléau, car , dans l’économie extravertie qu’est celle de la RDC, l’atténuation des exportations des matières doublée la baisse de leurs cours dans les marchés mondiaux ne pouvaient d’autres effets que ceux pervers.

N’importe comment, quelque maussade qu’est devenu le climat des affaires au pays , l’essentiel des dépenses a été exécuté sans atermoiement , notamment la rémunération aux échéances fixées , la poursuite de la sensibilisation à la mise en œuvre constante jusqu’à ces jours des gestes barrières en guise de prévention contre le corona virus , la réalisation des travaux d’intérêt public sans oublier l’effort continu de pacification de la partie Est du pays.

En outre , au chapitre des agrégats et des indicateurs macro économiques revisités, le VPM Mayo Mambeke coiffant en aigle l’articulation du budget national , il sied noter que le Vice- premier ministre, ministre du Budget fera savoir aux députés nationaux que la propagation rapide de Coronavirus a fait choir les perspectives de croissance économique, illustrant ce discours spécialement sur le taux de croissance initial de croissance économique qui est de l’ordre de -1,7 pour cent contre 5,4 pour cent initialement voté.

A cela faut-il ajouté au sujet du taux de change moyen prévu de 1.852,60 FC 1 dollar contre 1.687FC le dollar initialement prévu.

Quant à l’actuelle articulation des prévisions budgétaires, le numéro un du ministère du Budget présentera la configuration équilibrée en recettes et en dépenses, soit une enveloppe globale de 10.526,7 milliards FC.
Ce collectif budgétaire révisé, constate-t-on, est on ne peut plus réaliste d’autant plus qu’il prend en compte des mesures votées par le Parlement pour réduire le train de vie des hautes autorités pour s’en tenir aux dépenses incontournables pour tout un Etat respectable, humain et démocrate en situation sensible sur le plan sanitaire imprévue.

A tout prendre, le vice-premier ministre et ministre en charge du Budget a reconnu la délicatesse dans laquelle le pays se trouve sur le plan économique à cause de la pandémie et d’autres pesanteurs à la base d’un budget en baisse, notamment, le Covid-19, la corruption et la fraude à combattre de manière rationnelle et concertée au lieu d’être dans la distraction .

Aussi, a-t-il recommandé un sursaut de patriotisme et d’humilité à tous les congolais pour qu’ils bouchent les trous des divisions et des querelles inopportunes pour se serrer les mains de façon à travailler d’arrache pied en synergie et en symphonie afin de garantir des lendemains pour l’ensemble des populations de la RDCongo. Ce, avant de prier aux honorables députés de pouvoir voter pour ce budget réaliste.

Rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
26 − 19 =