Insécurité à Goma : Pas des cérémonies publiques pour la fin du Ramadan (le maire)

Les musulmans de la ville de Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, vont devoir clôturer le mois Ramadan sans organiser une quelconque cérémonie sur les places publiques, comme cela est de coutume ces dernières années.

Dans un daté du mercredi 27 avril dernier, le maire policier de Goma, le commissaire supérieur principal Kabeya Makossa François, interdit ces cérémonies publiques pour des raisons sécuritaires.

« Pour des raisons sécuritaires, aucune activité de prière aux stades ou à tout autre endroit public, n’est autorisée sur toute l’étendue de la ville de Goma à l’occasion de la clôture du mois sacré de Ramadan, telle que prévue aux dates du 1er au 02 mai 2022 », écrit le maire policier de la ville volcanique.

Il invite tous les fidèles de la communauté musulmane à « passer ces moments de prière dans leurs mosquées » et met en garde « quiconque foulera aux pieds cette mesure ».

Signalons que chaque année à Goma comme dans plusieurs autres villes du monde, les musulmans se réunissent dans des endroits publics pour célébrer la fin du mois de Ramadan. Un mois considéré comme de « charité » dans la communauté musulmane. Un jeûne de prière est en vigueur durant cette période.

Télé 50/ Rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
17 − 2 =