Lualaba-Culture: Tienness naja tonitruant s’offre 2020 avec un tube et trône en maître

Comme dans un combat de boxe, Le faîte ne pas de donner trop de coups à l’adversaire, plutôt la précision et le choix des parties sensibles à fixer les coups pour mettre à terre son adversaire. Oui, l’artiste populaire de la province du Lualaba Tienness NAJA a compris cela, est parti du bon côté.

Devant une pléthore d’artistes en quête de positionnement et qui ne jurent que par surclasser le chouchou du Lualaba, le patron du clan Naja a déjoué toutes les stratégies de ceux qui se disent être ses concurrents. 2020, une année des grandes révélations; la voix la plus adulée de la province a prouvé sa suprématie. Avec un seul morceau dans 365 jours, Tienness a géré sans trop de calculs ni pressions son podium et reste le maillot jaune. Ananyoloka a été taillé sur mesure pour croquer les autres tubes de l’année.

Toutes les chansons sorties en 2020 au Lualaba, flanchent devant Ananyoloka. Cette mélodie réalisée dans des normes internationales(timing, réalisation clip), a su dompter les inspirations de la province. La chanson a fait son bruit et demeure sans frontières.

Ananyoloka a connu dans un lapse de temps un succès fou jusqu’à atteindre 15K de vues sur Youtube en seulement deux mois. Les mélomanes de la très bonne musique se sont déhanchés sans modération sur ce morceau. Les séquences vidéos du challenge dénommé « Ananyoloka » ont envahi la toile.

L’influence de ce tube n’est pas à fouiller. D’abord, la grande famille Tienness s’est agrandie. La chaîne youtube de l’artiste a atteint durant l’an 2020 1500 abonnés. Ce même chiffre d’abonnés a été dupliqué sur la page Facebook de Titi.

Dans le Plafond de son interminable succès, Ananyoloka a rugit à 69% au pays de Papa Wemba et les 31% sont à départager dans les 16 autres pays du monde. Tienness ne s’est pas fait seulement la réputation au studio.

Au cours de l’année 2020, le don de Kolwezi a convaincu même sur les podiums. Malgré la pandémie à covid-19, l’artiste a eu à jouer dans des concerts et show cases à la période post confinement.

Tienness Naja dans la cour des grands

Le privilégié de Dieu n’en démorde pas! L’artiste de Kolwezi ne cesse de faire un marquage à la culotte au podium. L’histoire de Titi s’écrit tel un compte des fées. Naja a trouvé les attributs à son contenu.

Le rêve séculaire d’un homme à la recherche de son premier succès international tend à se réaliser malgré une bataille impétueuse que se livre Tienness dans le monde musical. Dans la cour des grands, la bénédiction de la province s’est invitée sans qu’elle soit conviée! Avec ses prestations XXL et surprenantes, la nouvelle vague s’est taillée une réputation à l’image de ses ambitions.

Le parcours du patron du Label Naja Prod plonge ses adversaires dans la turbidité. Les artistes musiciens de l’espace grand Katanga s’agitent comme des têtards dans une eau souillée à chaque prestation ou apparition de l’homme de Ananyoloka.

Le privilégié de Dieu défi ses rêves

Sur les cinq (5) dernières années, la suprématie de Tienness Naja n’est plus à démontrer au Lualaba. Il est bien le moteur et la pierre angulaire de la musique de sa province.

En allumant sa première mèche, Lubumbashi dans son homogénéité tombe petit à petit sur son charme. Le lampadaire de la culture du Lualaba a lancé son propre Label dénommé « Naja Prod » qui encadre et accompagne à ces jours six jeunes talents de la province, dont deux ont eu à sortir du lot grâce à la lumière du Label. Tienness Naja a encore une histoire a écrire, un palmarès à meubler.

Convaincre, il l’a fait.

Rédaction/BMK

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
27 ⁄ 3 =