Maï-Ndombe : encore de nouvelles tueries entre les Téké et les Yaka

Le mardi 30 août, le territoire de Kwamouth a encore été le théâtre de nouvelles tueries liées au conflit intercommunautaire entre les Téké et les Yaka dans la province du Maï-Ndombe. Cinq personnes ont été abattues sur la route qui sépare la ville de Bandundu, chef-lieu de la province du Kwilu et le village Mongata dans la province de Maï-Ndombe.

Des sources concordantes, selon Radio Okapi, renseignent que des assaillants armés, identifiés comme appartenant à l’une des tribus en conflit, ont érigé des barrières sur cette route et procédé à un contrôle systématique des pièces d’identité des passants à la recherche de personnes de la tribu opposée. C’est là qu’ils auraient tués les cinq personnes.

D’après plusieurs sources crédibles à Bandundu dont le chargé de communication du gouverneur du Kwilu, qui revenait de Kinshasa mardi 30 aout avec le ministre provincial des Finances Papy Mitete, affirment avoir vu des personnes armées devant plusieurs barrières qu’elles ont érigées sur la route Kwilu-Mai-Ndombe, notamment au niveau du village camp Banku à près de 25 km du chef-lieu de Kwilu.

Cyrille Ekwe, chargé de communication du gouverneur du Kwilu indique qu’à ce niveau, ils ont vu par terre, cinq corps des personnes violemment tuées.

« Nous sommes arrivés au niveau du camp Banku, on a trouvé quatre barrières. A notre présence nous avons vu des morts qu’on a abattus violemment. Et nous avons vu comment est-ce qu’un groupe des jeunes était en train d’identifier les passants, C’est-à-dire, les chauffeurs des taxis motos, des bus et les propriétaires de véhicules privés. On demande des cartes d’électeurs. Nous avons vu cinq corps par terre. En tout cas cette route est en l’insécurité totale », a témoigné Cyrille Ekwe.

Le vice-gouverneur du Kwilu, Félicien Kiway reconnaît cette insécurité sur cette route nationale. Il appelle sa population à la prudence.

La gouverneure de la province de Mai-Ndombe, Rita Bola, a annoncé lundi 29 aout, le déploiement des militaires dans tous les coins de Kwamouth pour sécuriser la zone. Ce déploiement fait partie des résolutions prises par une délégation du gouvernement provincial et national qui avait séjourné à Kwamouth 3 jours plus tôt, pour chercher des solutions à la résolution du conflit qui oppose les Tekes et les Yakas depuis quelques mois.

Rédaction / Digital Congo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
23 − 17 =