RDC: « La jeunesse privilégiée dans le gouvernement Sama Lukonde, c’est une jeunesse de valeur » (Jeef Tshitamba)

C’est depuis le lundi 12 Avril dernier que le gouvernement de l’Union Sacrée de la Nation chapeauté par Sama Lukonde Kyenge a été rendu public, avec une taille de 56 membres, 80% de nouvelles figures et 27% de la représentativité féminine. Plus de 138 députés nationaux issu de l’Union Sacrée de la Nation se disent être frustré par le fait que certains de leur ne figurent pas dans ce gouvernement d’où ils exigent au Premier Ministre de recevoir avant qu’il ne passe à l’investiture.

Jeef Tshitamba chef de travaux, chercheur à la faculté des sciences sociales, politiques et administratives de l’Université de Lubumbashi et analyste politique, revient ici sur le choix des acteurs de ce gouvernement dit de l’Union Sacrée de la Nation et répond à la question de savoir s’il est forcément recommandé que les membres du gouvernement doivent être député ? Mais également il donne son point de vue quant à la réussite du gouvernement Sama Lukonde Kyenge.

Pour lui, il salue la publication de ce gouvernement à trois niveaux. D’abord par rapport à l’effectif de 65 à 56 et la fusion de certains ministères ; deuxièmement il a loué la représentativité des provinces comme l’oblige la constitution même s’il y a un déséquilibre, sans oublier la représentativité féminine aux ministères clés notamment, la justice, les Mines, etc.

Quant à la formation du gouvernement proprement dit, il souligne que le Premier Ministre avait musé sur les valeurs morales.

Le choix de Madame Mutombo Kiese Rose à la Justice, Monsieur Gilbert Kabanda à la défense, Madame Antoinette N’samba au Mines, va beaucoup plus booster les actions gouvernementales, pense-t-il. « Il y a aussi des problèmes qu’il faut relever, ce que, le gouvernement à l’action, mais maintenant il faut concilier l’action du gouvernement aux actes qu’on pose sur le terrain. Car la réussite de ce gouvernement sera évaluer dans les 100 premiers jours, au regard des actions phares qu’il aura à poser; c’est ce qui nous dira plus s’ils sont dans le changement ou encore ils demeurent dans la continuité ».

Avant d’ajouter, vu les nouvelles figures qui sont là, elles nous inspirent un peu de confiance parce que cette fois-ci nous n’avons plus à faire aux diaspora, les gens que nous n’avons pas connu, mais cette fois-ci sont les gens que nous avons connu par leurs actions, réactions,etc.

Pour ce qui est des députés qui revendiquent leur non participation au gouvernement, Jeef Tshitamba n’est pas de cet avis au contraire il formule une proposition. « Je ne suis pas de l’avis selon lequel un député pourra devenir un ministre. À la place e proposerai qu’une loi soit votée. Une loi interdisant à un député d’être nommé ministre parce que ce député là vient demander les suffrages au niveau de la population et cette dernière à un contrat avec les députés d’aller parlé en leur faveur ».

D’où, il insiste en soulignant qu’il y avait de concours organisé à l’issu duquel il n’y a que ceux qui sont ministres qui ont réussi, non. C’est un problème de la faveur du prince. C’est au parlement qu’il y a un grand travail et non dans le gouvernement. Il note tout de même que les députés qui revendiquent sont mal parti et risquent de créer une crise qui pourrait amener à la dissolution imminente de l’assemblée nationale, car le bureau de la chambre haute et basse du parlement, ainsi le chef du gouvernement sont pour le Chef de l’État et peuvent verrouiller les choses.

 » On ne compte pas l’homme d’après ses origines mais d’après sont travail »; c’est par cette idée de l’écrivain Jean iKele Matipa qu’est partie la réflexion de ce jeune chercheur Jeef Tshitamba pour marteler sur la jeunesse privilégiée dans le gouvernement Sama  » Jeunesse qui est d’abord une jeunesse de valeur. Ces jeunes doivent faire preuve de beaucoup de lucidité et abnégation afin de marquer un plus par le travail. C’est comme ça que les vieux comprendront que nous avons tant pataugé dans les désordres parce qu’on ne faisaient pas confiance à la jeunesse et cette fois-ci voici comment est-ce qu’ils nous ont corrigés ».

Bien que ce gouvernement à moins de chance de réussir, nous leur accordons quand même cette petite chance d’autant plus qu’ils doivent d’abord par commencer à mobiliser des recettes s’ils veulent se maintenir, s’il n’y a pas la mobilisation des recettes, il sera difficile que le rêve des congolais soit réalisé, a-t-il conclu.

Simon Mutombo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
18 ⁄ 3 =