RDC : Les actes de violence contre la population civile n’ont cessé d’augmenter malgré l’état de siège. (Jonas Kasimba)

Les civils continuent de payer le plus lourd tribut aux conflits dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu. Les conséquences humanitaires des attaques de villages, des tueries, des enlèvements, de la destruction des champs et des greniers et du vol de bétail sont sans précédent.

En effet, la notabilité de l’espace Kivu n’apprécie nullement l’atmosphère social très précaire qui résulte des stratagèmes du régime militaire de l’état de siège.

C’est dans cette perspective analytique de l’allure sécuritaro-communautaire que, l’un dneux M. Jonas Kasimba a reçu à son bureau de travail à Kinshasa, le Commissaire Général aux affaires coutumières du Nord-Kivu M. Komwelungu Mwanga Sylvano actuellement en sursis, pour une concertation minutieuse au sujet de l’escalade de l’insécurité régionale.

Ces deux personnalités ressortissant de l’Est du pays, se sont dites préoccupées par la détérioration des conditions sécuritaires imputable à l’expansion des activités des groupes armés locaux et étrangers violents dans la partie orientale de la République Démocratique du Congo.

Ces derniers ont condamné fermement les atteintes aux droits de l’homme que les groupes terroristes continuent de perpétrer contre les civils et les acteurs humanitaires.

C’était également pour eux, une opportunité d’appelé les autorités congolaises et toutes les parties prenantes au processus de la restauration de l’autorité de l’état, à intensifier leurs efforts pour mettre en œuvre le planning vital du chef de l’Etat congolais Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo suffisamment à pacifier les provinces sous état de siège dont, l’Ituri et le Nord-Kivu.

Retenez que, la recrudescence des attaques de villages continue de provoquer des déplacements forcés, réactifs ou préventifs.

Paul Zaïdi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
46 ⁄ 23 =