Tribune : « Comment peut-on parler de l’aspect touristique en RDC, sans passer en revue, l’enjeu relatif à la traite négrière par les tyrans Arabes ? » (Kingombe Kitenge Benoît)

C’est injuste, quand bien même, l’homme noir, en marge de l’exclavagisme, il s’est retrouvé en Amérique pour former aujourd’hui une communauté puissante qui déferle la chronique relative à la politique mondiale.

Toute cette chronologie a pour origine le territoire de Kasongo dans la province du Maniema où l’homme Arabe s’est implanté en 1850 en vue du lancement du marche d’esclaves noirs, déportés en Amérique latine pour les travaux des champs de canne à Sucre et autres.

Les Arabes ont consolidé les Marchés de Kabondo et de Nyangwe dans le territoire de kasongo, option ayant permis d’ouvrir la longue marche des esclaves noirs jusqu’à Zanzibar en Tanzanie avant d’accéder en Amérique latine. Il faut noter que tous les vestiges de la traite des noirs sont encore présents dans le territoire de Kasongo et l’histoire à travers le programme national éducationnel n’a pas encore mis un terme à cet enjeu.

N’eût été cette traite des noirs, on aurait dû parler du grand boxeur Mohammed Ali, du grand footballeur Pelé de Brésil et du prestigieux Président honoraire des USA, Barack H. Obama…

Loin, d’un certain snobisme, la revalorisation du tourisme congolais sur l’échiquier mondial doit porter son ascenseur sur l’histoire de la traite NEGRIERE….
Le territoire de kasongo disposant présentement de tous les atouts possibles pour démontrer les preuves…

Kingombe Kitenge Benoît,
Administrateur du Territoire de kasongo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
19 × 14 =