Tribune : « De la religion à l’incarcération, la vie politique de Daniel Ngoyi Mulunda est-elle dénaturée ? » (Paul Zaïdi)

Daniel Ngoyi Mulunda Nyanga est né le 1er novembre 1959 dans la ville de Lubumbashi, il est le fils de Numbi Kabange, un responsable laïc de l’église méthodiste unie. Sa mère meurt lorsqu’il a trois ans, et son père se remarie avec Georgette Ilunga.

Il grandi aux côtés de 9 frères et sœurs. Il est originaire du territoire de Malemba-Nkulu dans le district du Haut-Lomami, mais grandi surtout à Kalemie dans le district de Tanganyika, (Situation politico-géograpgique, avant le démembrement des provinces de la RDC).

En effet, Daniel Ngoyi Mulunda Nyanga, a fait des études en Théologie et obtient un master en éthique chrétienne et politique au West Seminary de Washington DC.

Il obtient ensuite un second master en études de paix et résolution des conflits à l’université de Washington, sur recommandation de Monseigneur Desmond Tutu (De l’Afrique du Sud), avec qui il a travaillé lorsqu’il occupe le poste de secrétaire à la Jeunesse de la Conférence des églises de toute l’Afrique (CETA).

Daniel Ngoyi Mulunda Nyanga, est un pasteur protestant et homme politique congolais. Il est l’initiateur de l’organisation non gouvernementale Programme œcuménique de paix, transformation des conflits et réconciliation (Parec).

Cette ONG lance en 2005 un premier programme de récupération des armes dans le Nord-­Katanga. Elle offre alors des vélos et reçoit en échange environ 10 000 armes et matériels militaires divers. Mulunda récidive en 2009 à Kinshasa et, cette fois, c’est 100 dollars pour un fusil. Il revendique la récupération de 12 000 armes. L’opération suivante est lancée dans l’Est de la RDC en 2010, avec une récompense de 50 dollars.

Il est nommé président de la Commission électorale indépendante (CENI), en février 2011 à Kinshasa, un cycle électoral le plus controversé de l’histoire politique de la RDC. Daniel Ngoyi Mulunda est sans nul doute, le fondateur du parti politique centriste depuis 2012 « Espace démocratique pour la bonne gouvernance » (EDG).

Les raisons de son emprisonnement.

L’homme de Daniel Ngoy Mulunda, a été arrêté lundi 18 janvier 2021 dans sa résidence de la ville cuprifère de Lubumbashi.

Une arrestation qui est justifiée par la justice du pays, au regard des propos supposés d’incitation à la haine et séparatistes tenu dans son homélie, à l’occasion du 20ème anniversaire de l’ancien Chef de l’État congolais Laurent-Désiré Kabila, le pasteur Ngoy Mulunda avait dénoncé des « dérives dictatoriales » et « le manque de respect aux élus ».

« S’ils ne veulent pas que le Katanga se coupe, ils doivent respecter nos dirigeants, et plus particulièrement notre leader, le président honoraire et sénateur à vie, Joseph Kabila », avait-il lancé.

Le pasteur Daniel Ngoy Mulunda a été conduit mardi 19 janvier 2022 matin au parquet de Lubumbashi où il devrait être jugé en flagrance. Mais aux dernières nouvelles, Daniel Ngoy Mulunda a été transféré à la prison centrale de la Kasapa.

Ce proche de Joseph Kabila Kabange, a été condamné à trois ans de prison ferme pour incitation à la haine tribale. Le verdict avait été rendu le mardi 26 janvier 2021, en l’absence des avocats de l’accusé.

Daniel Ngoy Mulunda, l’ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), a écopé de trois ans de prison ferme et été condamné au paiement d’une amende de 500 000 franc congolais pour « incitation à la haine tribale, propagation de faux bruits et atteinte à la sûreté intérieure de l’État ».

Les manœuvres pour réclamer sa libération.

La marche initiée par le Front commun pour le Congo (FCC) pour exiger la libération du pasteur Daniel Ngoy Mulunda Nyanga avait été dispersée par les éléments de la police en date du mardi 18 janvier 2022, par la police nationale congolaise. Une situation qui a été à la base de la suspension du maire de ville Ghislain Lubaba, reproché par Kinshasa d’avoir autorisé la manifestation et au même moment, ordonné sa répression.

De la religion à l’incarcération, la vie politique de Daniel Ngoyi Mulunda est-elle dénaturée ?

Il s’agit surtout d’interroger la scène de la politique congolaise, apparemment circonstanciel juste après la mort de Gabriel Kyungu wa Kumwanza fondateur du parti politique UNAFEC. En effet avant la mort de cette icône de la politique du Haut-Katanga, Daniel Ngoyi Mulunda Nyanga n’était plus en odeur de saintete avec Baba wa Katanga depuis l’effectivité des foyers politiques dont ; le FCC et l’Union sacrée de la nation opposant le cercle de Joseph Kabila Kabange au régime actuel de Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Cette allure éclatante a largement déséquilibré le poids politique de l’ancien président de la CENI, tenant compte de la diversion communautaire.

Daniel Ngoyi Mulunda Nyanga traverse en tous cas, les années d’effacement et d’isolement de sa vie politique et bien que, ses liens diplomatiques s’amplifient d’avantage par ceux qui possèdent des suppositions clandestines concernant la sécession Katangaise.

Au crédit de son rang, la condamnation du fondateur du parti politique « Espace démocratique pour la bonne gouvernance » (EDG), une véritable humiliation masquée nonobstant, les tractations en cours pour obtenir son éventuel libération. Au finish, le serviteur de Dieu, Daniel Ngoyi Mulunda Nyange bénéficie d’un soutien indéfectible de l’église protestante de l’Afrique centrale. Une prise de position continentale qui augure finalement, sa constance politique.

Paul Zaïdi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
6 + 14 =