Kolwezi : « Nous regrettons avec chagrin cet incident comme tous les congolais (…) si les militaires concernés se trouvaient dans la concession c’est pour une mission militaire et non ordonnée par la société » (Mise aux points de COMMUS SAS )

Chers amis,

Récemment, COMMUS SAS a trouvé sur les réseaux sociaux une vidéo dans laquelle un militaire congolais était en train de fouetter deux creuseurs illégaux. Après vérification, cette vidéo s’est déroulée dans la concession minière de COMMUS SAS. Nous regrettons profondément avec chagrin cet incident comme tous les peuples congolais. En même temps, nous avons constaté que,selon les dispositifs du jugement rendu en date du du 23 juillet par le tribunal militaire de Garnison, si les militaires concernés se trouvaient dans la concession de la société COMMUS, c’est pour une mission militaire spéciale qui est bien légale aux alentours de notre concession et non ordonnée par la société.

Toujours, la société respecte strictement les lois et les règlements de la RDC et a insisté sur la légalité et la conformité de ses opérations ; elle respecte et protège consciemment les droits légaux du peuple de la RDC, éduque strictement son personnel sur le respect de la loi, et pratique des normes de conduite et des règles de travail claires etc.. La société appel également les personnes exerçant des fonctions officielles dans et autour de la concession à se conformer strictement aux lois et règlements de la RDC et aux Principes volontaires sur la sécurité et les droits de l’homme et à maintenir conjointement la sécurité et la stabilité sociale pour prévenir les atteintes humaines causées par une exécution inappropriée de la loi.Croyant en l’équité et la justice de la loi de la RDC et en l’impartialité des tribunaux, la société soutiendra et coopèrera pleinement avec les services à tous les niveaux pour résoudre correctement l’incident.

En même temps, la société réservera également le droit de poursuivre en justice les creuseurs qui entrent illégalement dans la concession minière de la société. Bien que cet incident n’ait pas été l’œuvre du personnel de la société, nous devons encore en tirer les leçons et nous sommes prêts à accepter une supervision étendue par toutes les parties concernées.

Presse COMMUS SAS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
17 × 2 =