RDC : Lettre Ouverte d’un Fils du Haut-Lomami à Felix Antoine Tshisekedi, Président de la République Démocratique du Congo

Excellence Monsieur le Président, (Avec nos Hommages les plus déférents)

Avant toute chose, permettez-moi de saluer votre Excellence ainsi que votre famille biologique.

Une fois de plus, bonjour !

Vous saisissant ce jour, c’est pour juste rappeler qu’il existe en République Démocratique du Congo, une Province parmi tant d’autres et qui est aussi censée bénéficier de votre particulière attention quand bien même ne pouvant pas regorger vos intérêts, ceux d’Etat ou ceux personnels; c’est la Province du Haut-Lomami.

Monsieur le Président,
Il me semble que vous aimeriez voir les gens vous faire des critiques afin de mieux multiplier les efforts à en croire votre épouse, notre Première Dame récemment aux journalistes de Kinshasa.

Excellence monsieur le Président de la République,
La province du Haut-Lomami est l’une des provinces issues du démembrement du Katanga en 2015, lors de l’effectivité de la mise en œuvre du découpage territorial.
Je suis conscient de vos lourdes responsabilités et j’en conviens avec certains qui pensent qu’il est difficile à peine arrivé au pouvoir et que deux ans seulement que l’on connaisse toute les provinces.

Si réellement vous aimez les critiques, alors permettez- moi de vous poser directement et ce, en toute liberté à travers cette lettre ouverte, les Questions qui concernent ma province, le Haut-Lomami !

  1. Monsieur le Président et Chef de l’Etat,
    Connaissez- vous une Province dans ce pays qui s’appellerait le Haut-Lomami ?
  2. Si oui, alors dites-moi si votre administration est vraiment fière de l’état de gestion, de leadership et de bonne gouvernance actuels dans cette Province ?
  3. Pourquoi restez-vous insensible aux cris des filles et fils du Haut-Lomami qui, pendant plus de deux ans, sont restés sans Gouverneur, sans programme d’action, sans budget réaliste et légal ? Tout simplement parceque vous croyez à tort aussi que c’est une province pauvre ?
  4. Il me semble que le Salut du peuple est la loi suprême, alors dites-moi un peu, Excellence Monsieur le Président, si pour être ou devenir peuple il faut vivre en dehors du Haut-Lomami ?
  5. Le Haut-Lomami n’a pas de Gouverneur, au Haut-Lomami on organise pas les élections des Gouverneur et vice Gouverneur , entre-temps la Population souffre et chaque jour dans la rue pour soit réclamer le retour de son Gouverneur soit dénoncer la mauvaise gestion et les détournements du Gouvernement intérimaire en place, en tout cas excellence mr le président vous êtes nulle part entendu, alors qu’il me semble que la constitution vous aurait confié sur papier certains attributs notamment, le Garant du bon fonctionnement des institutions; pensez vous l’assumer réellement dans notre province ?
  6. Pendant votre mandat avez-vous besoin du Haut-Lomami pour son accompagnement à votre vision ? Si oui que faites-vous pour sa population pour attendre en retour une contrepartie, celle de vous accompagner ? Si non pourquoi ça Monsieur le Président ? Ne dit on pas qu’il n’existe pas d’avantages durables sans contre partie ? Que veulent le Haut-Lomamiens aujourd’hui et qu’attendez-vous d’eux en 2023, Excellence Monsieur le Président ?
  7. Pouvons-nous déduire de votre indifférence quant aux multiples problèmes du Haut-Lomami, que vous etes entrain de nous faire payer tout simplement parceque nous sommes frères à votre ancien allié ?
  8. Qu’est-ce que les filles et fils du Haut-Lomami peuvent attendre de vous pendant cette mandature ?
  9. À quand Monsieur le Président de la République, votre tournée en caravane motorisée sur la nationale RN1 pour inspecter les travaux de construction de cette route qui part de Nguba en passant par Kamina et les deux Kasai et que vous aviez lors du lancement du programme de 100 jours promis de visiter ?
  10. Excellence Monsieur le Président de la République, en bon père de famille, avez-vous entendu ce cri de coeur d’un fils du Haut-lomami ?

Agissez alors !

Excellence Monsieur le Président de la République, avec nos Hommages une fois de plus renouvelés,《 le salut du peuple étant la loi suprême, je reviendrai vers vous pour des décisions allant dans le sens de la volonté de vous peuple qui m’avez donné mandat,》, cette phase n’est pas de moi mais plutôt de vous Monsieur le Président, vous l’aviez prononcé lors de votre discours du 23 Octobre 2020 qui précéda la rupture de la coalition FCC- CASH, elle a tout son pesant d’or pour résoudre plusieurs questions ou plusieurs questionnements qui s’érigent en obstacle au développement du pays en général et de la Province du Haut-Lomami en particulier.

En vertu des pouvoirs vous confèrez par la constitution et les lois de la république vous pouvez soit;
Propositions :

  1. Étant donné que les arrêts, les jugements et les ordonnances sont exécutés au nom du Président de la République, vous pouvez refuser de faire exécuter une décision de justice qui heurte à la conscience publique ou qui ne cadre pas avec la volonté plusieurs fois exprimée par le peuple en vertu du principe 《 le salut du peuple est la loi suprême 》, en retournant sans conditions le Gouverneur de province récemment déchu par la première institution de la province tout en veillant également à l’unité nationale et provinciale en votre qualité du garant de l’unité nationale.
  2. Soit au cas où vous resterez trop légaliste en faisant abstraction aux cris du peuple, alors vous ordonnerez toutes affaires cessantes au Nouveau Vice Premier Ministre en charge de l’Intérieur, de faire organiser même en violation de la loi, les élections dans le Haut Lomami.
  3. Au cas où vous resterez trop trop légaliste, c’est-à-dire dire en ne retournant pas le Gouverneur parceque la Cour constitutionnelle s’étant déjà largement prononcée là dessus d’une part, d’autre part en n’organisant pas les élections parce que la CENI, seul organe organisateur compétent étant illégitime et illégalement incompétent actuellement d’organiser ces élections, vous vous baserez sur l’Arrêt de la Cour Constitutionnelle n° R.Const.0089/2015 du 08 septembre 2015 qui constatait l’impossibilité par la CENI de pouvoir organiser les élections dans les provinces nouvellement démembrées et qui avait demandé au pouvoir public de faire continuer le fonctionnement régulier des institutions en nommant les Commissaires spéciaux comme cela fût en 2015, chose qui va d’ailleurs Excellence Monsieur le Président, vous permettre de mettre les personnes non seulement compétentes mais aussi de votre obédience pour ne pas dire qui comprennent votre vision de l’Union Sacrée de la Nation en province dont ils sont vos représentants directs.

Ce n’est qu’en agissant ainsi que vous rendrez un bon service aux fils et filles du Haut-Lomami qui se disent qu’ils ne sont pas considérés par votre administration depuis votre avènement la tête de ce pays.

Excellence Monsieur le Président de la République, espérant que cette lettre Ouverte retiendra votre particulière attention, veillez agréer Excellence Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments les plus patriotiques.

Maitre Rigot Makabi Ngoy,
Fils du Haut-lomami

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
30 ⁄ 10 =